mercredi 22 mars 2017

Derniere mise à jour 25 heur(s)

JIJELNEWS




  • Vues

  • 1407

En ville, il est tout à fait possible de faire pousser des fruits et légumes, à condition de disposer d’un terrain, même modeste. Petit jardin, terrasse, ou même balcon, vous pouvez verdir vos extérieurs. Tout est alors une question d’organisation.

Un potager urbain pour consommer de manière responsable

« Il ne faut pas se leurrer, on ne produira pas tous les fruits et légumes que consomment les membres d’une famille en une année dans un potager urbain », déclare un specialiste. L’homme est horticulteur, avec une formation en sélection végétale, ce qui en fait un spécialiste des plantes idéales et des semences. Il insiste pourtant d’abord sur cette idée de consommation : « La première question à se poser est vraiment celle-là : décider de ce qu’on veut planter, donc de ce qu’on va consommer. Bien entendu c’est une question d’espace mais c’est aussi une question de logique : il serait dommage que la production dépasse nos attentes. La question se pose dans tous les potagers mais encore plus quand l’espace est réduit. »
La solution est simple : « Il va falloir établir un plan précis de plantation en tenant compte de la conservation longue de certains légumes et aussi de la complémentarité des plantes, ce qu’on appelle l’association de cultures ».

Déterminer l’espace et le matériel

Il ne faut pas négliger les espaces dédiés à la culture ou pouvant l’être : « Les jardins urbains sont un outil important de la consommation responsable, ils participent à la sensibilisation à une agriculture plus durable, à une consommation différente et à moins de gaspillage alimentaire. Ce sont les raisons pour lesquels des jardins partagés voient le jour ou que des initiatives comme les Incroyables Comestibles se développent. »



Même chez soi, on pense la verdure comme on pense le rangement dans un petit appartement : « Dans un potager urbain, chaque centimètre carré est utile. Chaque trou, chaque espace peut être utilisé, que la surface de travail soit un petit jardin privé, une véranda, une terrasse ou un balcon. Dans un petit jardin, on peut penser à un petit potager en carrés, mais dans un espace plus réduit on va ensuite penser aux pots, aux caisses, aux cageots recyclés, à détourner des contenants pour y placer de la terre cultivable. »

La question de la sécurité du lieu se pose ensuite, surtout pour une terrasse ou un balcon, voire un appui de fenêtre un peu grand : « La surface est-elle capable de supporter le poids des pots et des cultures ? Que pourrait-il se passer en cas de grand vent ? »


De l’eau et de la lumière

« Quel que soit l’endroit où on souhaite cultiver, cette question est centrale, car, outre la terre et ses réserves en nutriments, l’eau et la lumière vont permettre à la plante de se développer. On conseille souvent un endroit éclairé au moins six heures par le soleil mais pas trop de vent. » Que faire alors en cas de manque de lumière ? « Dans les zones moins ensoleillées on se tournera vers des plantes moins gourmandes, comme les épinards, la laitue, le chou, le brocoli, les fraises, les radis, les bettes, les poireaux ou encore l’ail et l’échalote ».

consoglobe

 

 


Articles récents

الخارجية الفرنسية في تعليمة لسفارتها بالجزائر سارية بداية من أفريل رفض…

5659

تمكن عناصر الدرك الوطني من حجز قرابة «300» قارورة من المشروبات…

1212

الثقافة اعمر أوصديق بولاية جيجل مؤخرا، المؤتمر الأول للأمراض العقلية الذي بادرت بتنظيمه…

348

Vente f 04 avec acte camp chevalier jijel  --------------------------------------------------------'--------  superficie 103m…

142

صور الكراكاج العالمي لانصار النمرة الجيجلية بمناسبة الدكرى 81 لتاسيس الشبيبة…

81

تم إيداع 26 قائمة للمشاركة في التشريعيات المقبلة على مستوى مديرية…

225

التعمير عن رفض أغلبية طلبات تسوية البنايات التي أودعها مواطنون يقيمون…

2713

أعطى والي جيجل تعليمات لمدير الأشغال العمومية و المؤسسة المكلفة بإنجاز شبكة ربط…

2149


Voulez-vous ajouter un commentaire? crée un compte ou bien ouvrir votre session

jijelnews